دوليةفي الواجهة

Le post à Facebook, le plus chère au monde

isjc
Protestation des fils du journaliste prisonni
  Notre sujet d’aujourd’hui ne vise ni la vie des stars ni celle des riches dans le monde
entier.
On est en face à une réalité qui menace les droits de l’homme, son droit à la liberté d’expression et de la presse.
La démocratie qui paraît règne dans ce monde n’est que chimère, beaucoup de nations vit dans la galère les épidémies …La personne dont on parle est considéré comme un citoyen d’Emirats-arabes-unis, il est condamné à 3ans de prison et de payer une amende de 117000 euros suite à une publication sur Facebook, la publication dénonce la passivité de l’Emirats vis à vis les attaques d’Israël face à Gaza .
  La vie du journaliste Tayssir El Nadjar : il est né à Oman le 4/12/1972, issus d’une famille migrant d’El Quods, cette famille été obligée de quitter la Palestine après que ils ont perdu tout espoir de récupérer leurs biens, la Jordanie paraît la plus proche pour s’installer dans ce contexte délicat.
Son épouse Madjida El Hourani est une artiste spécialisé au domaine des arts plastiques, elle est la seule qui prend la responsabilité de la famille qui se composent de 5 membres l’aînée c’est la fille Chada, le cadet c’est Joseph qui a 8 ans L’éducation et le parcours professionnel du Tayssir paraît riche, il a poursuit ses études à Oman, comme il a participé dans des dizaines de formations dans le domaine des libertés aussi bien que de la culture. Son expérience professionnelle a duré 16 ans, il a eu des postes dans la presse jordanienne aussi dans d’autre pays, il est membre dans l’union des écrivains jordaniens, il a réalisé plusieurs recueils poétiques, à part les études au il a fait.
Tayssir est un membre du syndicat des journalistes jordaniens et il a travaillé dans l’agence de la Presse “Petra” dans d’autres journaux.
Tayssir El Nadjar se disparaît sans avoir connaître son destin pendant quatre-vingt-cinq, cette disparition est déjà signalée par Humane Right qui défend les droits des journalistes. D’après son épouse Madjida El Hourani (juste après la disparition qui a duré 85 jours), la famille a reçu une appelle téléphonique de la part de Tayssir pour leur informer qu’il été arrêté et qu’il s’agit d’un malentendu de façon qu’au bout de quelques jours il va être libéré, mais cette nouvelle été brève et sans explications. Tayssir reste toujours arrêté sans avoir un jugement, un an plus tard il est accusé d’avoir porté atteinte à l’État.
Plusieurs organisations des droits de l’homme approuve que cette accusation est propre à l’année 2014 et que cela se coïncide avec la guerre menée par Israël contre Gaza. Tayssir a vécu quelques mois à Abu Dhabi, dans cette période il a écrit un recueil poétique qui chante l’Emirats et la bravoure de certains symboles politique et sociale mais ça ne lui rend pas la liberté.
 Le sort de Tayssir est toujours méconnu, le syndicat des avocats a pris l’initiative de défendre Tayssir et son droit à la liberté mais a vain puisque il est condamné de 3ans de prison avec la confiscation de son système électronique. Socialement Tayssir a perdu son frère et sa mère sans qu’ils
sachent le secret de cette disparition.
Aujourd’hui il reste que cinq mois pour que le journaliste voit le jour de nouveau et se libère de ce peine de prison, mais l’amende (117000 euros) reste toujours un fardeau lourd pour la famille de Tayssir qui souffrent d’une Crise financière. L’Histoire va encrer le fait que la famille de Tayssir est devant l’obligation de payer cette somme d’argent à un pays classé parmi des plus riches. 
  Rapport : Refai Ankosh 
Traduire : Iman al-Saghir

الإدارة

مدير النشر

مقالات ذات صلة

اترك تعليقاً

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *

زر الذهاب إلى الأعلى